On dirait le sud…

30 janvier 2021

Ce matin, nous suivons les bons conseils d’un couple de français rencontrés la veille. Nous nous levons au petit matin pour nous rendre directement au Fish River Canyon pour prendre notre petit-déjeuner sur l’un des points de vue. Nous commençons à voir nos premiers animaux le long de la route. Nous sommes toujours dans la réserve de Gondwana où ils ont récemment réintroduit plusieurs espèces d’animaux. Nous verrons autruches, springboks et zèbres avant d’arriver sur le plateau plus désertique du Fish River Canyon.

Nous arrivons au point de vue principal du canyon au bout d’une petite heure de route. Jusqu’au point de vue, nous sommes sur un immense plateau désertique de graviers, nous ne voyons rien à l’horizon mais où est ce canyon ? Nous nous garons à destination, et montons sur la petite esplanade aménagée et là wahou ! L’immense canyon s’étend devant nos yeux, on se croirait dans le Colorado.

Nous rencontrons un couple de français sur l’esplanade Alexandre Sattler, photographe (#gaiaimages_photography) et Stéphanie Ledoux, artiste peintre (#steph.ledoux). Nous parlons quelques minutes de nos expériences de voyage puis Alexandre nous propose de nous interviewer pour faire une émission pour les radios locales françaises. Moment improbable : une petite interview autour d’un café et d’un bon petit-déjeuner devant le magnifique Fish River Canyon !

Nous échangeons nos coordonnées pour se suivre sur notre périple en Namibie. Je vous invite d’ailleurs à aller voir leurs sites, ces deux artistes font un travail remarquable.

Après cette belle rencontre, nous allons voir en 4×4 les 2 autres points de vue sur le canyon. Il fait déjà une chaleur écrasante mais le jeu en vaut la chandelle.

Nous reprenons la route en direction de l’ouest. Nous repassons par la réserve de Gondwana. Nous voyons encore de nombreuses autruches et des girafes. Les enfants sont ravis. Nous traversons des paysages très désertiques et pour autant très changeants entre des déserts de graviers, de roches ou de sables, et des couleurs rouge, jaune, marron, verte… La Namibie nous impressionne par sa richesse.

Nous sommes déviés un moment de notre route au niveau d’une rivière aujourd’hui asséchée. Les récentes inondations ont emporté la route et nous devons rouler sur le barrage pour passer. C’est une de nos premières constatations des dégâts que peuvent engendrer les pluies sur les routes et c’est loin d’être la dernière, le 4×4 prend tout son sens !

L’heure du déjeuner approche, nous sommes sur une des rares routes goudronnées du pays. Nous pensons trouver des villes sur notre chemin mais les points sur la carte ne ressemblent pas même à un village en réalité. Nous sommes donc obligés de nous arrêter sur une aire sur la route où on trouve une petite ombre de 2m². Nous avons déjeuné en quatrième vitesse tellement il fait chaud.

Nous arrivons à notre destination, Aus, une « ville » ou du moins un campsite dans un paysage désertique rocheux connu pour ses chevaux sauvages. Nous adorons ce camping, le site est magnifique. Les enfants profitent de se rafraichir dans la piscine avant de rejoindre notre emplacement qui est perdu au milieu des montagnes à 2km de la réception.

Le lendemain matin, nous continuons vers l’ouest pour rejoindre la côte. Nous faisons un premier stop à 20min de notre campement, là où se trouvent les derniers chevaux sauvages au monde. Ces chevaux peuvent survivre sans boire d’eau pendant 5 jours.

Après un bon petit moment en compagnie des chevaux, nous reprenons la route et nous arrêtons à quelques kilomètres de la côte dans la ville fantôme de Kolmanskop. Il s’agit d’une ancienne ville diamantifère. Elle a été créée en plein milieu du désert lorsque des allemands ont découvert l’importante richesse dont recélait cette région. Une vaste partie du désert du Sud-Ouest de la Namibie, appelée le Sperrgeblet, a du coup été interdite d’accès à tout visiteur. Depuis peu, cette zone commence à s’ouvrir au tourisme mais il faut montrer patte blanche pour s’y rendre, agence de voyage obligatoire pour obtenir les permis.

La ville a ensuite été désertée après la seconde guerre mondiale lorsque le commerce du diamant a commencé à sévèrement chuter. Petit à petit les dunes ont repris leurs droits sur cette ville. L’atmosphère est vraiment particulière, nous avons du mal à croire que des personnes se sont installées un jour là au milieu de nulle part…

Nous arrivons pour le déjeuner à Luderitz. Cette ville est fortement marquée par les colons avec ses maisons multicolores. Nous sommes dimanche et il n’y a personne dans les rues, un petit air de fin du monde.

Nous allons déjeuner dans un restaurant au bord de l’eau. Nous rêvions d’une bière bien rafraichissante après cette matinée dans le désert mais c’était sans compter sur l’interdiction de vendre de l’alcool le dimanche en ces temps de covid… On profite d’une bonne pause pour déguster des escargots gratinés et des calamars et les enfants vont jouer sur la plage une fois leurs estomacs bien remplis.

En prenant notre café, je m’amuse de la coupe de cheveux de nos 2 grands qui veulent laisser pousser les cheveux jusqu’à la fin de notre voyage ! Ca devient du grand n’importe quoi, mais je me plais à leur trouver des sosies, nostalgie des années 80 bonjour !

Nous nous rendons ensuite sur Diaz Point, à une vingtaine de kilomètres de la ville. Cette pointe au sud de Luderitz est fouettée par les vents. Elle abrite des flamants roses et une colonie d’otaries. Nous faisons plusieurs stops à différents points de vue. Nous essayons même le mode 4×4 sur un spot qui s’appelle « le fjord », nous avons compris pourquoi une fois engagée sur le chemin cailloutée coincé dans une gorge entre les rochers 🙂

Nous arrivons au bout du cap à Diaz Point où se trouve un campsite. Le camping est sommaire mais a tellement de charme. Malgré le vent, on s’installe pour la nuit. Nous partons profiter d’une ballade dans les alentours, nous sommes face aux dunes du désert du Namib sur la côté namibienne. Les photos ne rendent pas mais c’est magique.

Nous sommes seuls ce jour-là. Il y a un petit coffee shop attenant au campsite. Nous en profitons pour y diner car vu le vent qu’il y a, faire à manger sur notre emplacement de camping risquait d’être compliqué. Nous prenons également rendez-vous pour le petit déjeuner du lendemain dans ce coffee shop.

Une bonne douche… froide et tous au lit ! La nuit a été longue pour les parents car le vent fouettait vraiment fort la tente, à se demander si elle allait résister. Apparemment, les enfants se sont endormis comme des loirs et n’ont rien entendu ! vive la jeunesse 🙂

Nous quittons Diaz Point au petit matin. Nous allons voir un dernier spot où se trouvent des pingouins avant de reprendre la route pour revenir du côté de Aus.

Nous nous arrêtons pour déjeuner à Aus dans le joli camping où nous étions auparavant. Nous profitons d’une petite pause rafraichissante et d’un peu de wifi avant de s’engager dans le désert du Namib…

A suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :