Nos derniers jours en Colombie

14 avril 2021

Nous quittons Salento à 18h avec un bus collectivo, ce fameux bus qui se remplit au fur et à mesure sur la route en faisant des arrêts improbables au milieu de nulle part et qui finit par être blindé avec des personnes debout dans le couloir… Nous arrivons sans encombres 1 heure plus tard à Armenia où nous devons prendre le bus de nuit pour Bogota. Après 2 heures d’attente, nous embarquons dans un bus super confortable pour passer la nuit, avec de grands sièges bien larges un peu comme au cinéma. Tout le monde s’endort tranquillement.

A 4h30 du matin, Ludo nous réveille… quoi déjà arrivés à Bogota ? Pour une fois qu’on est confortablement installés dans un bus de nuit, il faut qu’on arrive au petit matin… Il nous reste plus qu’à squatter le terminal de bus en attendant une heure raisonnable pour contacter notre hôte.

Nous trouvons une petite salle d’attente. Les enfants sont des zombies, on les fait patienter avec les écrans. Au bout de 30 minutes, on se fait déloger par un flic. En effet, à cause du Covid, nous ne sommes pas autorisés à rester dans le terminal de bus si on n’attend aucun bus pour partir… Bon an mal an, on traverse le terminal et on trouve une autre salle d’attente. 30 minutes plus tard, un nouveau flic passe et pour la même raison, il nous dit d’aller voir ailleurs. Alors on continue, on bouge de nouveau avec tous nos sacs et nos enfants fatigués. Nouvelle salle d’attente, et là en 5 minutes on est virés ! On finit par nous indiquer une autre salle où on devrait plus nous envoyer balader. Ouf ! nous voilà posés pour les quelques heures qui nous restent encore à attendre.

8h : ça nous parait raisonnable pour contacter notre hôte et le supplier de nous libérer l’appartement tôt ce matin. Il accepte de nous recevoir pour 9h, c’est top on va pouvoir se poser un peu. On prend un taxi, les enfants s’endorment sur la route comme des mouches et on file sur place pour récupérer l’hébergement des deux derniers jours.

Après s’être un peu reposés, nous partons faire quelques courses pour notre prochaine destination, une surprise que l’on réserve aux enfants et en particulier à Louis. Comme tout bon français, nous filons au Decathlon faire le plein d’équipements pour le snorkeling ainsi que quelques vêtements techniques pour les enfants qui ont déjà bien grandi ces 8 derniers mois. Puis nous reprenons le taxi en direction de l’aéroport, nous avons rendez-vous pour faire nos tests PCR.

Arrivés sur place, malgré l’heure du rendez-vous, nous faisons la queue et attendons. Nous avons rempli les papiers de santé sur le net et tout envoyé par mail préalablement. Mais bon malheureusement ils ne l’ont pas reçu, c’est reparti pour compléter de nouveau la paperasse. Comme c’est tout écrit en espagnol et que certaines questions ne sont franchement pas claires, on ne le compète pas forcément bien. Du coup, on attend encore qu’une dame reprenne nos documents, les vérifie, les corrige et rature en échangeant avec nous. En bref, au bout d’1h, les papiers sont enfin bien remplis et confiés à un agent pour rentrer les informations sur le système d’information. Et c’est reparti pour 1h : le temps que les infos soient rentrées dans le système et que l’on corrige toutes les fautes de l’agent. Au bout de 2h d’attentes, nous sommes fin prêts pour réaliser les tests PCR. Les enfants n’en peuvent plus de toute cette attente et dorment à moitié sur les sièges. Enfin on nous appelle, j’y vais en premier avec Hugo. Comme elle me parle en espagnol, je ne comprends pas tout au début. Je suis du coup surprise quand elle me sort un test dans la bouche… beurk ! mais j’ai pas demandé un test antigénique !! Et non, en Colombie, c’est test dans la bouche et dans chaque narine… Mauvais moment à passer, je crains son truc au fond de la gorge et du coup par reflexe je lui agrippe son poignet le temps du prélèvement… Hugo en voyant ma réaction commence à bien flipper ! Finalement ce sera plus de peur que de mal pour lui. Ludo et Louis passent sans souci. Par contre Malo se met à hurler et pleurer une fois le test passé, au point d’effrayer les quelques enfants dans la salle d’attente qui attendent leur tour… 19h c’est fini nous pouvons rentrer à l’appartement.

Nous prenons un taxi pour faire les 3 km qui restent pour rentrer chez nous. Ce n’était sans compter sur notre chance de tomber sur un chauffeur pas très en forme. Il se paume, fait un méga détour et atterrit dans des bouchons sans fin. Et en plus, il conduit n’importe comment en passant sans arrêt d’une ligne à une autre, en accélérant et freinant avec à-coup… La route est longue, vraiment très longue. Les enfants sont cools et ne disent trop rien même s’ils n’en peuvent plus. Ludo est devant et a franchement peur de la conduite de notre taxi. Nous arrivons à 20h passés, la course nous coûte forcément 4 fois plus que prévu mais franchement on est tellement contents d’arriver enfin, et sains et saufs, qu’on paie vite pour le laisser partir et rentrer chez nous se poser après cette très très longue journée !

Le lendemain matin, nous profitons de notre dernière journée de visite de la Colombie pour se rendre à Zipaquira. Nous avons la chance de tomber sur un uber qui nous propose de nous amener directement là-bas plutôt que de prendre le bus à un prix très raisonnable. Nous passons devant un quartier très coloré de Bogota, sur les flans de la montagne. Le chauffeur nous explique que vue du ciel, ce village représente le visage d’une femme célèbre de Colombie.

Nous arrivons pour midi. Nous déjeunons dans un restaurant le repas du jour avec viande grillée au feu de bois, toujours servie avec patacon et riz, une soupe et un jus de fruit. Les enfants profitent de leur tout nouveau monopoly en attendant les plats.

Et c’est parti pour l’attraction principale de ce village : la cathédrale de sel. Il s’agit d’une ancienne mine de sel dans laquelle les mineurs, fervent croyants, ont construit une cathédrale dans les années 50. Ce monument a été nommé en 2007 l’une des 7 merveilles de Colombie.

Pour rejoindre cette cathédrale dans les profondeurs de la mine, un chemin de croix a été réalisé, une représentation très épurée et même énigmatique de chacune des étapes de Jésus sur son chemin de croix.

La galerie qui suit le chemin de croix débouche sur un balcon surplombant l’immense et impressionnante cathédrale. Au fond de la nef centrale, on trouve une grande croix creusée dans le sel de 16 mètres de haut.

Nous ne regrettons pas cette visite que nous avions zappé en partant de Bogota au début de notre séjour colombien. Nos amis nous l’avait conseillée et en effet, la cathédrale mérite le détour. C’est un travail impressionnant d’architecture et on ressent également toute la ferveur religieuse chère aux colombiens et aux mineurs en particulier.

Nous rentrons à Bogota par les bus cette fois-ci. Nous arrivons en début de soirée, cela nous laisse le temps de préparer le grand départ. Le lendemain, nous nous rendons à l’aéroport pour notre prochaine destination, choisie pour l’anniversaire de Louis dans les prochains jours.

Au revoir Bogota !

A suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :