Escapade dans les Caraïbes mexicaines

4 septembre 2021

Nous arrivons à la frontière vers 12h. Notre shuttle s’arrête devant le bureau d’immigration guatémaltèque. Nous devons attendre un quart d’heure devant le temps que l’agent d’administration finisse tranquillement son déjeuner avec ses collègues pour qu’ils tamponnent simplement nos passeports avec la date de sortie. C’est bon on est prêts pour traverser à pied notre première frontière terrestre du voyage. Qui l’eut cru possible ? Nous sommes tout excités. Le pas est franchi, nous basculons côté Mexique. C’est alors reparti pour une bonne heure de démarches administratives, le covid n’ayant pas simplifié l’affaire. On doit passer par 3 guichets puis payer la taxe d’entrée, pour ensuite revenir au premier et tout valider. Ensuite nous nous faisons contrôler pour être sûr que nous ne transportons pas de fruits et légumes du Guatemala vers le Mexique. Enfin nous remontons dans un shuttle pour nous amener à Palenque.

La route est encore longue. Nous arrivons à Palenque à 18h. Nous n’avons pas vu le changement d’heure et pensons qu’il est toujours 17h. Nous ne nous stressons pas pour aller attraper le bus de nuit pour Cancun. Sauf que malheureusement pour nous, celui-ci vient juste de partir et le suivant est complet… Nous cherchons une solution de repli en retournant voir l’agence par laquelle nous étions passé pour le shuttle. Après nous avoir dit qu’il fallait attendre demain matin, parce qu’ils nous voient comme des touristes, ils finissent par nous indiquer des bus « 2nde classe » qui partent en début de soirée. Parfait, on signe de suite même si on sent que ça risque d’être beaucoup moins confortable. Un gars vient alors nous chercher en voiture pour nous amener à son agence pour le bus de nuit. On prend nos billets et allons manger un bout en attendant d’embarquer. L’attente est assez longue jusqu’à 22h… Quand notre bus arrive, on réalise vraiment que le voyage va nous sembler très long. Le bus est sale, on est très loin de l’hygiène de base avant le pandémie alors autant dire que s’il y a un covid par ici, pas de soucis on le chope tous. La responsable est obligée d’intervenir dans le bus pour arriver à nous caser à côté de nos enfants. Il n’y a personne qui ne veut trop bouger… Je finis au fond du bus avec Malo qui se fait tripoter la tête pendant une demi-heure par ses voisins de derrière : et oui un petit blond bouclé ça fait rêver les mexicains ! Les gens sont bruyants, la lumière reste allumée toute la nuit au fond du bus… Bref on a passé une sale nuit !

Nous sommes bien contents de débarquer à Playa vers les 8h30 le lendemain. Bon le terminal est à 6km en dehors de la ville. Le taxi nous a pris pour des Américains et nous propose un prix exorbitant. Alors tanpis on attendra le collectivo. Il faudra en laisser passer deux pour arriver à monter dedans. Nous arrivons en centre ville vers 10h30, le temps de prendre un café, trouver du wifi et contacter la propriétaire de l’appartement que nous avons loué pour se retrouver. Nous récupérons l’appartement vers midi. Il se trouve dans une très belle résidence avec piscine. Nous avons même notre mini piscine à nous en terrasse. Les chambres sont spacieuses, bref on va se plaire ici. Nous allons vite faire quelques courses pour manger sur place. Nous restons tranquille l’après-midi à profiter de la piscine en attendant l’arrivée de nos amis Guillaume, Alicia et Arnaud, le frère de Guillaume qui les a rejoint pour 3 semaines. Nous avons décidé de passer une petite semaine ensemble. En fin de journée, nous allons retrouver Kim chez elle. Elle tient un club de plongée et nous souhaitons organiser quelques sorties avec elle et sa collègue Kelly pour notre semaine. En l’occurrence, la première chose qui nous a fait venir ici c’est d’aller à la rencontre des requins baleines et nous avons aussi décidé d’en profiter pour faire passer les niveaux de plongée aux enfants. Nous dînons à la maison le soir entre amis de bons petits plats français, des fruits et des légumes, ça fait du bien.

Le lendemain, nous faisons encore une journée cool avant d’attaquer la semaine de plongées : farniente, piscine, promenade en centre-ville et repas à la maison.
Le lendemain matin, nous retrouvons Kelly à 7h devant notre résidence. Elle vient nous chercher pour notre sortie tant attendue des requins baleines. Nous faisons une heure de route jusqu’au port de Cancun. Nous embarquons tous les 8 avec notre guide Kelly sur un petit bateau. Nous naviguons ensuite encore une bonne heure pour rejoindre l’espace marin où se trouve ses fameux requins baleines. Pourquoi cela nous fascine tant ? C’est le poisson le plus gros du monde, il peut faire de 4m à 20m de long ! On peut le voir en snorkeling quand il vient à la surface se nourrir de planctons. Nous sommes sur la fin de saison alors ils sont beaucoup moins nombreux. Il y a un code de conduite pour les bateaux afin de respecter un maximum la nature dans la mesure où cela reste quand même un tourisme de masse… Quand un requin est repéré, chaque bateau doit se mettre dans la file d’attente. Seuls des binômes sont autorisés à sauter, un par bateau et pour une ou deux minutes. Le bateau se met en travers de la trajectoire du requin, il faut alors sauter dans la seconde pour arriver près du requin et pouvoir l’observer une petite minute avant qu’il ne s’éloigne. De notre côté, les premiers à sauter sont Guillaume et Alicia avec Arnaud et Hugo car nous avons deux guides. Ils arrivent à voir et à capturer des images d’un jeune requin sur le côté et sur le dessus. Nous sommes les suivants : Ludo saute avec Louis, moi avec Malo. Dans la précipitation, Malo saute sans bien tenir son masque, du coup il panique car il avale un peu d’eau. Le temps que Kelly et moi l’aidons à retrouver ses esprits, nous avons raté le requin, je n’ai pu voir que son flan. Et pauvre Malo regardait vers le fond de l’eau au lieu de la surface… Nous remontons sur le bateau un peu déçus. Ludo et Louis par contre l’ont super bien vu et nager un peu avec lui, il devait faire 8m de long. Le capitaine du bateau repart à la recherche d’une nouvelle occasion d’en voir un mais nous ferons chou blanc. A défaut, il capte la présence d’une raie manta. Nous sautons et cette fois pouvons apprécier cet instant magique de nager à côté de l’immense raie. Malo est refait. Et pour ma part, j’oublie vite ma déception, c’est Dame Nature qui choisit. Je rêve d’une autre occasion d’aller à leur rencontre mais pas dans les mêmes conditions, le site est un peu trop exploité… Nous reprenons la route du retour.

Après une heure de bateau, nous nous arrêtons dans une baie aux eaux translucides au bord de l’île Mujeres. C’est ici que nous prenons notre déjeuner. Le corps à moitié dans l’eau, un matelas en guise de plateau, nous dégustons ceviche, guacamole et tacos sous le soleil et dans la mer turquoise des Caraïbes. C’est vrai ça fait très cliché mais nous avons quand même trouvé cela très sympa. Après cette pause, nous rentrons à l’appartement en toute fin d’après-midi. Kelly et Kim nous donne les consignes pour les cours de plongée du lendemain. Les élèves doivent étudier ce soir : quelques chapitres sur l’openwater pour Louis, Alicia et Arnaud et sur l’advanced pour Hugo et Guillaume.

Le lendemain, nous nous partageons en deux groupes. Les Open water partent avec Kim sur Akumal afin d’apprendre la théorie et les premiers exercices de plongée à faible profondeur. De notre côté, Ludo et moi accompagnons les advanced pour deux plongées sur Playa Del Carmen : une sur le site de Tortugas et une sur le site de Barracuda. Malo nous accompagne sur le bateau. Pour le premier site, Guillaume a du mal à passer les oreilles du coup avec le courant nous dérivons trop pour démarrer la plongée là où on aurait dû. Nous sommes principalement sur un fond sableux avec peu de coraux ou éponges. Nous arrivons à voir une raie aigle et une raie pastenague et quelques poissons. Nous remontons à bord du bateau une demi-heure avant de replonger. Il y a encore pas mal de courant. Nous arrivons à descendre plus rapidement sur le site de Barracuda. Il y a un joli relief au fond de l’eau avec pleins de recoins. Nous voyons des gros bancs de poissons, deux tortues, une langouste, un barracuda… Nous rentrons au club, Kelly débriefe ses élèves avant de nous ramener chez nous. Nous déjeunons dehors en attendant l’autre groupe de plongeurs puis nous nous reposons chacun à son rythme l’après-midi car mine de rien nous avions oublié que la plongée fatigue.

Le lendemain, je reste à la maison avec Malo car nous sommes tous les deux bien malades. Tous les autres partent ensemble plonger en cénotes. Les cénotes sont des gouffres qui se forment lorsque le plafond des réseaux souterrains s’effondrent, provocant ainsi un accès à des lacs et rivières souterraines. La majorité des cénotes du Yucatan se sont formés il y a 10000 ans, à la fin du dernier épisode glaciaire.
Ils commencent par le cénote d’Éden. Les openwater restent dans le bassin d’entrée car ils n’ont pas le niveau encore pour plonger dans les grottes. Ça ne les empêche pas d’apprécier le cadre juste magique de cette cavité d’eau translucide au milieu d’une végétation luxuriante (qui s’accompagne forcément de moustiques voraces). Les advanced avec Ludo partent en mode spéléologie sous-marine avec Kelly. Ils apprennent ainsi à bien contrôler leur flotabilité, indispensable en cénote pour ne pas abîmer les stalactites et stalacmites. Après cette première plongée, le groupe de Kelly change de cénote pour aller explorer celui de Tajma Ha. Le cadre est tout autre autant en dehors de l’eau qu’en dessous. La cavité est cachée sous un surplomb calcaire. Il n’y a pas beaucoup de faune à voir sous l’eau mais surtout c’est magique juste de s’imprégner de l’atmosphère et suivre le fil d’Ariane à la lampe de poche, comme une sensation d’apesanteur sur une planète extraterrestre. Ensuite tout le monde est de retour à l’appartement en fin de journée. Les élèves travaillent encore leur théorie avant de se reposer de cette journée intense.

Le lendemain, tous les élèves partent plonger sur Playa Del Carmen. Comme ils refont les sites que nous avons fait le premier jour, Ludo et moi restons tranquilles à l’appartement avec Malo. Nous en profitons le matin pour nous faire faire un test sérologique afin de prouver que nous avons eu le covid en vue d’obtenir notre schéma vaccinal. Puis nous nous promenons le long de la 5eme avenue, la rue la plus touristique de Playa. Nous faisons un petit tour à la plage mais à cette période de l’année cette dernière est envahie par les algues. Nous rentrons finalement assez tôt, la chaleur ici est écrasante. Nous avons besoin de nous rafraîchir à la piscine. Les plongeurs rentrent vers 14h affamés et très contents de leurs plongées. Ils ont vu beaucoup de choses dont des tortues et un poulpe. Ils sont en plus officiellement tous certifiés après cette dernière journée de cours. Je leur ai préparé un gâteau pour l’occasion. J’en profite d’avoir un four ! L’après-midi est plus relax entre piscine et petite partie de volley sur la plage.

Le lendemain, Guillaume et Alicia nous garde Malo pour que nous puissions plonger en famille avec nos deux jeunes certifiés. Nous partons au petit matin. Le temps est plutôt maussade, pluvieux et venteux et la mer est très agitée. Ça s’annonce pas très joli quand on prend le ferry pour rejoindre l’ile de Cozumel. Mais comme Kim nous l’avait prédit, sur Cozumel, nous avons le droit à une mer d’huile. Il tombe quelques gouttes puis le soleil fait son apparition. Les conditions sont parfaites pour profiter de ce coin réputé parmi les plus belles plongées du monde. Nous plongeons dans une eau turquoise juste incroyable avec une visibilité bien meilleure qu’à Playa. Nous avions déjà fait ce site avec Ludo il y a 15 ans de cela et j’avais oublié à quel point c’était beau. Nous en prenons pleins les yeux rien que par les récifs coralliens, les éponges, les multiples poissons. Le site offre pleins de possibilités de passer dans des tunnels. C’est vraiment magnifique. C’est également génial de partager les premières bulles avec nos enfants. Ils ont la bougeotte comme en surface, autant dire qu’ils consomment vite leur bouteille mais ils apprendront à s’assagir avec le temps. Nous remontons sur le bateau au bout de 45 minutes de plongée. Nous avons alors la pause déjeuner : salade de pâtes, fruits et petits biscuits, de quoi nous donner une cure d’énergie avant de replonger. Le second site est tout aussi magique. Il est plus facile de prendre le temps car le courant est moins fort. Kim arrive à nous dégotter sous un rocher le poisson crapaud endémique de Cozumel et aussi une énorme langouste. Nous passons encore de jolis tunnels. Nous ressortons à la surface tous très heureux de cette plongée. Le bateau nous ramène alors au port. Nous attendons une bonne heure le ferry pour rentrer sur Playa. Nous arrivons à l’appartement vers les 17h. On retrouve notre Malo tout heureux d’avoir été coucouné toute la journée par nos amis avec sortie burger, glace et smoothie. Puis nous rangeons nos affaires et nous préparons à sortir. C’est notre dernière soirée tous ensemble de nos tours du monde respectifs alors nous allons dîner au restaurant pour fêter ça.

Le lendemain, nos amis partent très tôt pour attraper un vol pour la Basse-Californie. De notre côté, nous rendons l’appartement vers 10h puis filons prendre le bus en direction de  Chiquila. De là, nous prenons le ferry pour rejoindre l’ile de Holbox où nous allons passer la semaine. L’objectif pour nous est surtout de se poser en mode vacances à la plage. Holbox est une île sans voiture ou du moins seulement des petits carioles de golf parcourent l’île. Les rues sont de sable, les maisons sont de plein pied recouverte de chaux pour les principales. Il y a eu un ouragan ici il y a 3 semaines dont on peut voir encore les dégâts. En effet, les rues sont toujours inondées, ici c’est short et tongs obligatoires pour se balader du coup ! La plage principale est longée par de beaux petits complexes hôteliers avec beaucoup de charme, des bars et beaucoup de musique. Ici l’ambiance est plutôt jeune. Enfin les eaux sont claires, chaudes et très peu profondes, la mer au loin prend la couleur vert turquoise. C’est un joli paysage de carte postale parfait pour s’y reposer.

Pour la suite, je vais faire un résumé de notre semaine à Holbox car nos journées se sont à peu près toutes ressemblées. Comme il fait très très très chaud, nous passons une grande partie de la journée à l’auberge au frais et partons à la plage qu’à partir de 15h ou 16h. En plus de vouloir se reposer, nous avions aussi besoin de temps pour organiser la fin de notre TDM. Et oui nous sommes à un moins de la fin de notre voyage et pour tout vous dire nous ne savons toujours pas où aller car nos plans pour finir en beauté tombent à l’eau les uns après les autres suite à l’évolution de la pandémie dans les îles notamment. Il nous a fallu un jour pour nous décider et être finalement tous convaincus de notre choix les enfants y compris et tout le reste de la semaine pour préparer le départ le samedi suivant.
Un jour nous avons voulu changer de plage et nous avons décidé d’aller voir le bout de l’île. Il y a en effet deux coins recommandés mais un peu loin à pied surtout en plein cagnard. Les voitures de golf ne voulant pas nous prendre tous les 5, on a fini par le faire à pied, direction Punta Coco. Nous sommes passés par la plage au nord de l’île pour rejoindre cette pointe à l’ouest. Au bout d’un quart d’heure, on s’éloigne du bruit ambiant des plages du centre ville et découvrons des coins paisibles avec des hôtels plus reculés. Nous finissons par atteindre Punta Coco au bout d’une heure. Il y a un petit bar sur la plage avec hamac et balançoire, et rien d’autre que la nature autour. Un vol de flamands roses passent devant nos yeux pendant qu’on sirote une noix de coco fraîche sur la balançoire avec un magnifique coucher de soleil en prime. On apprécie le moment et l’endroit. La nuit commence à tomber, nous rebroussons chemin de nouveau par la plage, les rues sont trop inondées pour couper tout droit jusqu’à l’hotel. Et là, ça va être un festival ou plutôt un carnage de moustiques ! En quelques minutes, nous voilà dévorés de la tête jusqu’aux doigts de pied… On presse le pas pour rentrer même si c’est beau, parce que ça commence sérieusement à gratter !!! Nous n’aurons du coup pas le courage de retenter l’expérience pour aller voir l’est de l’île dénommée Punta Mosquito (qu’est ce que ça doit être alors là-bas ?!?!) autant à cause de la chaleur que des moustiques.

Nous nous contenterons de la plage la plus proche où les enfants restent barboter dans un fond d’eau des heures durant.

Nous quittons l’île vendredi matin le temps de rejoindre Cancun où nous passons la nuit. Le lendemain matin, nous partons à 7h en bus direction l’aéroport pour notre destination finale du tour du monde.

A suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :