Yellowstone et Teton Park

27 septembre 2021

Nous avons deux jours de route pour rejoindre Yellowstone. Nous nous arrêtons juste au nord de Salt Lake City pour passer la nuit après le premier jour de route. Nous nous trouvons un super spot en surplomb d’un étang avec coucher de soleil en prime. Nous prenons l’apéro devant ce beau spectacle mais ne perdons pas de temps pour rentrer dès que la nuit commence car les moustiques ici sont voraces ! Le lendemain, nous arrivons à l’entrée ouest de Yellowstone juste à 17h. Il est malheureusement trop tard pour récupérer les infos auprès du visitor center. Alors après avoir fait le plein, les vidanges et cie, on se pose en camping sauvage en pleine forêt à une dizaine de minutes de l’entrée du parc.

Le lendemain, nous arrivons à l’ouverture du visitor center à 8h pour récupérer la carte du parc, les infos de randonnées et le traditionnel programme des junior ranger. Pour une fois celui-ci est payant car les badges sont en fait de très jolis écussons brodés à l’effigie des geysers, de l’ours ou du bison selon âge de l’enfant. Ça y est nous sommes prêts pour découvrir Yellowstone. Nous rentrons dans le parc par l’entrée ouest. Il y a 45 minutes de route avant de rejoindre les premiers spots. La route est déjà magnifique. Elle longe la rivière et les forêts de pins et serpente entre les montagnes. Nous faisons quelques arrêts photos sur la rivière.

Nous arrivons à une première source d’eau chaude. Il s’agit d’une sorte de petit étang fumant dégageant sa vapeur dans le ciel. On aperçoit de l’autre côté de la rive notre premier bison. Il y a un ponton en bois pour se promener autour de cette réserve afin de protéger les sols et l’écosystème mais aussi afin d’assurer la sécurité des marcheurs qui pourraient se brûler, la croûte en surface n’étant pas forcément très épaisse ni très solide…

Nous continuons notre route jusqu’aux cascades de Gibbon. Et on découvre que nous sommes loin d’être tout seul dans ce parc, il est d’ailleurs difficile de stationner le camping-car. Pour une fois, les américains ne sont pas très respectueux des règles et quand il y a trop de monde, certains garent leurs voitures sur les emplacements dédiés aux bus et camping-car… L’aire de cette cascade permet un joli panorama sur les chutes et la rivière qui se faufile dans le canyon. Nous y restons une vingtaine de minutes le temps de profiter et faire quelques photos.

Nous repartons ensuite jusqu’au site de Artist Paintpots. Depuis le parking, nous devons marcher un petit kilomètres entre les pins avant de découvrir ce site ouvert telle une clairière où plus un arbre ne pousse. Il y a pleins de petites piscines d’eau chaude, des fois de boue (l’argile se liquéfie), de différentes couleurs qui vaut la comparaison du site (et donc son nom) avec les pots de peinture d’un artiste : du blanc, du vert, du rouge, du bleu… Ces couleurs sont dues à la température de l’eau qui n’est pas la même et dans laquelle vivent du coup différentes bactéries. Le site est une nouvelle fois aménagé avec des pontons qui parcourent l’ensemble du site à la fois proche des sources à observer et à la fois permettant un peu de prise de hauteur afin de voir le panorama dans son ensemble.
Nous sommes déjà conquis par ce parc en seulement quelques heures.

Nous continuons notre route sur la partie Nord Ouest du parc pour rejoindre le Norris Geyser Basin. Il s’agit d’un gigantesque bassin où se trouve de multiples geysers de différentes tailles, types, couleurs, formes… Certains bouillonnent, d’autres s’écoulent en petites rivières, d’autres fument… Selon les bactéries, l’acidité, la température, les couleurs changent du blanc laiteux, au jaune brillant, à l’ocre, au bleu et au vert. Et autour de cet énorme bassin où aucune végétation ne peut vivre se trouvent les forêts de pin. Il y a un énorme contraste entre cet espace désertique blanc en majorité et le vert des forêts et le bleu du ciel. Le spectacle est grandiose. Nous marchons près de 5 km sur les pontons de bois à travers ce paysage incroyable. De retour au camping-car, nous prenons notre pause déjeuner.

Nous repartons ensuite pour le site le plus au nord Mamott Hot Springs. Sur le chemin, nous nous arrêtons au point de vue de la « roaring mountain », une montagne fumante par de multiples trous sur son flan. Puis nous arrivons à Mamott. Les wapitis ont envahi les rues de ce petit village, libres comme tout un chacun, imperturbables à brouter l’herbe des jardins. Nous les observons quelques temps puis nous partons pour une ballade de deux heures dans l’arrière pays de Mamott afin de trouver un peu de répit loin des autres touristes.

Nous avons choisi la boucle des étangs des castors. La promenade grimpe rapidement sur les hauteurs de Mamott avant de s’enfoncer dans la forêt. À mi-chemin, nous arrivons aux fameux étangs des castors mais malheureusement nous ne verrons que les canards. Pour autant, la ballade est bucolique et cela nous fait le plus grand bien. Nous terminons la boucle en croisant des biches peu farouches et quelques empreintes d’ours. Nous arrivons sur Mamott par les terrasses pour rejoindre notre parking.

Il commence à faire tard, nous prenons la route vers la sortie nord du parc pour nous trouver un spot pour la nuit pas trop éloigné de Yellowstone. Avec les dernières lueurs du jour, c’est le meilleur moment pour observer la nature et la faune. Sur notre chemin, nous croisons pleins de troupeaux de wapitis. Il y en a notamment qui nous fait bien rire, il n’arrête pas de sauter en l’air, un côté un peu fou fou, tel un animal de dessin animé. Nous galérons à trouver un spot pas trop éloigné et gratuit et finissons par nous poser dans le noir sur un parking près d’une rivière.

Le lendemain matin, nous partons très tôt car c’est la meilleure heure pour observer les animaux. Des l’entrée du parc, nous tombons sur une antilope des Amériques appelée  « sponghorn ». Puis nous recroisons de nombreux wapitis toujours présents en nombre dans Mamott. Nous prenons alors la route vers l’est, nous avons lu sur des blogs de voyageurs que l’on pouvait voir pas mal de faune. Il nous faut pas attendre bien longtemps. Après un quart d’heure de route, nous croisons une voiture qui nous alerte avec ses phares. Une centaine de mètres plus loin, un troupeau de bisons encore recouverts d’une fine couche de givre traversent la route. Quel animal imposant ! C’est magique de les voir avec leurs petits aux premières lueurs du jour encore gelés de la nuit passée. Nous restons un long moment à les observer et les photographier sous tous les angles. Nous continuons ensuite un peu plus à l’est jusqu’à traverser les grands plaines d’herbe jaune encore dorées par le soleil levant. Nous nous trouvons un joli spot pour nous poser, prendre notre petit déjeuner et enchaîner avec une petite promenade digestive aménagée à travers les forêts de « Lone pine », des pins très allongés et droits typiques de cette région. On trouve ici des explications sur l’écosystème et l’importance des feux de forets pour l’équilibre de ce dernier. Les rangers experts sur la gestion des incendies peuvent ainsi laisser brûler certains feux de forêt pour la santé du parc. En effet, le feu permet d’éclaircir les forêts afin que la lumière du soleil pénètre de nouveau le sol et apporte les nutriments nécessaires à la repousse des plantes. Les animaux se sont adaptés de par leur comportement notamment à la vie dans ses forêts pouvant brûler à tout moment.

Après cette ballade instructive, nous retournons à Mamott Hot Spring pour visiter les sources chaudes en terrasses. Nous nous garons au pied de ces dernières et démarrons l’ascension. Les sources ici se sont écoulées en cascades formant ainsi des petits bassins en escalier. Le chemin permet de les observer de différents angles jusqu’au promontoire qui les surplombe. Nous nous baladons pendant près d’une heure dans ce lieu.

Nous reprenons la même route que la veille pour retrouver un autre chemin ouvert qui nous permette de nous rendre au grand canyon de Yellowstone. Sur la route, nous croisons le chemin d’un coyote qui chassE dans une grande prairie jaune paille. Nous nous rendons sur un premier spot qui permet d’aller au plus près du torrent et des cascades qui plongent dans le canyon. Le chemin descend sur plusieurs centaines de mètres jusqu’au balcon qui surplombe la grande cascade. De là, la vue est juste incroyable sur le canyon. Le canyon est impressionnant par sa profondeur, ses falaises à pic, sa couleur doré. Nous n’en croyons pas nos yeux tellement c’est beau et différent encore de ce qu’on a vu pour le moment dans ce parc. Nous nous rendons ensuite sur deux autres points de vue pour découvrir le canyon sous d’autres angles encore. Nous reprenons la route ensuite vers le sud. Nous nous trouvons un spot près de la rivière pour le déjeuner. Les enfants en profitent pour traquer les empreintes d’animaux en attendant que le repas soit prêt, de vrais petits junior rangers.

Nous continuons notre route vers le sud traversant la célèbre vallée de Hayden. C’est ici que l’on peut voir les animaux et en effet nous rencontrons de nouveau de nombreux bisons, wapitis et même un coyote. Nous nous arrêtons sur le site de Volcano et Sulphur Caldron. Il s’agit de sources chaudes de boue (argile liquéfié) qui bouillonnent. Certaines de ces sources se trouvent cachées dans des cavernes ne laissant paraître que les fumerolles faisant croire à l’antre d’un dragon…

Nous nous promenons une petite heure dans cet environnement puis continuons notre route vers le sud jusqu’au grand lac de Yellowstone. Ici tout est beaucoup plus paisible. Il n’y a pas d’activités géothermiques, seulement un lac d’un bleu intense à perte de vue entouré de forêts de pins. Nous faisons une petite pause le temps que les enfants se dégourdissent les jambes sur la plage. Puis nous rebroussons chemin jusqu’au camping que nous avons réservé sur le côté ouest du parc. Le jour commence à se coucher alors comme tout le monde nous espérons voir des animaux et en particulier l’ours brun ou le grizzli. Nous nous arrêtons même à un point de vue où nombre de touristes sont présents à attendre avec leurs énormes objectifs que l’animal pointe son nez à l’orée de la forêt. Nous patientons une demi-heure puis abandonnons et décidons de rentrer pour pouvoir nous installer avant la nuit dans le camping. C’est chose faite. On se couche tôt fatigués par cette magnifique journée bien remplie.

Le lendemain, nous prenons notre temps car nous devons gérer la logistique du camping car (vidage et remplissage). Une fois prêt, nous nous dirigeons sur la partie sud-ouest du parc cette fois-ci. Notre premier arrêt est à Fountain Paint Pot, une nouvelle référence aux pots de peinture et pour autant ce paysage est encore très différent de ce qu’on a pu voir les jours précédents. Certaines des sources ici crachent de l’eau et de la vapeur par intermittence à des hauteurs qui commencent à être impressionnantes.

Nous allons ensuite au Midway Geyser Basin, là où se trouve la plus grande source d’eau chaude du monde. C’est la fameuse photo de Yellowstone que l’on retrouve dans tous les guides : une gigantesque étendue d’eau aux dégradés de couleurs du bleu turquoise, au jaune, rouge puis vert. Il y a d’autres bassins autour tout aussi impressionnants. Nous prenons un petit chemin de randonnée pour prendre de la hauteur sur ce site et admirer la source et ses couleurs depuis le promontoire.

Après toutes ces merveilles, on prend le temps de déjeuner puis nous filons du côté du Upper Geyser Basin. Ce bassin concentre à lui seul 25% des geysers de la planète (l’ensemble du parc Yellowstone représente 60% des geysers du monde). C’est aussi ici qu’on retrouve le célèbre « Old Faithful », le plus haut geyser du parc crachant eau et vapeur à plus d’une trentaine de mètres. C’est aussi un des quelques geysers prédictibles du parc, il crache en effet toutes les heures. Nous arrivons pile poil pour le spectacle. Il y a du monde qui attend pour le voir. Après 15 minutes d’attente, c’est parti ! Il crache pendant 4 minutes. Les enfants sont captivés. Ensuite nous en profitons pour faire un petit tour sur le bassin autour des multiples sources aux diverses formes, tailles et couleurs. C’est toujours aussi beau, on ne s’en lasse pas.

Après cela, nous retournons au camping-car pour aller voir deux autres sites Biscuit Basin et Black Sand Basin : tout aussi beau, et toujours différent.

Enfin nous finissons notre journée à West Thumb au sud du parc. Il s’agit d’un site de sources chaudes au bord du lac, il y en a même à l’intérieur du lac. On peut voir les bulles remonter à la surface. le site est vraiment grandiose de par son emplacement entre les geysers, les forêts de pins, le lac… Des wapitis ont décidé d’y élire domicile. Nous avons même la chance d’en voir prendre un petit bain dans le lac. Nous terminons en beauté le parc sur cette dernière excursion.

Nous quittons Yellowstone par l’entrée sud. Nous nous arrêtons sur un spot qui nous a été recommandé à deux pas du prochain parc. Le site de camping sauvage est en pleine nature proche de la forêt (et des ours apparement vu les instructions). On se prépare un petit feu de camp pour l’apéro. On dine et on se couche des images pleins la tête.

Le lendemain, nous partons pour Teton Park. Ce parc doit son nom à des pionniers français qui devaient être très inspirés car ils ont comparé les trois pics rocheux du parc à des seins de femme… Il y a d’autres noms français que l’on peut retrouver dans le parc comme « nez percé » et « gros ventre ». Nous passons par le visitor center pour récupérer le plan du parc, la liste des randonnées et le programme des juniors rangers. Nous préparons ensuite notre pique nique et partons en randonnée au bord de Jenny Lake, un des coins les plus connus du parc. Cela se confirme dès le début de la ballade au bord du lac c’est une véritable autoroute. La randonnée se fait essentiellement dans la forêt et se rapproche par moment de la rive du lac. Nous continuons jusqu’à la cascade « cachée » où nous avalons notre pique-nique. Puis nous décidons de changer de chemin pour faire une boucle. Et quelle bonne idée ! Non seulement le chemin grimpe sur les hauteurs offrant de magnifiques vues sur le lac et ses alentours mais en plus il n’y a personne qui l’emprunte.

A la fin de cette boucle, nous empruntons un autre chemin pour faire le tour soit disant des « élans » mais nous n’en voyons aucun. Par contre, nous sommes clairement sur le terrain des castors. Nous passons à côté d’une multitude d’arbres couches rongés par les castors et nous voyons au loin sur l’étang une énorme construction de bois faite par ces fameux rongeurs. Nous finissons par revenir à notre camping-car après nos 10 km de marche. Nous décidons de rejoindre notre spot pour la nuit bien avant la tombée du jour afin de se reposer un peu plus. Sur le chemin, nous nous arrêtons au bord de la rivière selon les conseils du ranger pour tenter de voir des élans mais en vain pour aujourd’hui. Nous rejoignons le spot pour la nuit.

Le lendemain matin, nous avons mis le réveil à 6h avant le lever du soleil pour tenter de voir des animaux. Nous nous rendons de nouveau au bord de la rivière. Quelques photographies animaliers sont déjà installés et attendent que les animaux viennent s’abreuver. Nous attendons une heure profitant du lever de soleil sur les sommets de Grand Téton. Le spectacle est magnifique mais glacial, il fait vraiment très froid et malgré toutes nos couches c’est dur de patienter. On finit par abandonner l’idée de voir un élan ici. On repart pour trouver un spot pour notre petit déjeuner. Et seulement après quelques centaines de mètres, on voit un lot de voitures arrêtés sur le bas côté. On jette un oeil dans la prairie et le voilà ! Il est là, l’élan !! On est trop contents. Puis une fois qu’il est parti, nous repartons et de nouveau des voitures arrêtés vers le pont cette fois. Nous nous arrêtons. Il y a un grand mâle qui est au bord l’eau. Il est seulement à une dizaine de mètres de nous. On le mitraille, on profite du spectacle, wahou quel animal ! Nous voilà satisfaits de notre lever matinal, nous pouvons enfin petit-déjeuner. Puis nous partons pour une toute petite ballade sur un autre coin de la rivière mais nous ne voyons aucun animal. Nous reprenons la route et avant de quitter le parc, nous passons vers le coin du « gros ventre » où l’on peut voir les anciennes fermes mormons et potentiellement des élans. Et cela se confirme, nous tombons de nouveau sur un élan qui s’approche gentiment de notre véhicule avant de continuer sa route. Génial, pour nous, cette journée sera celle de l’élan à marquer dans nos calendriers. Nous quittons maintenant Teton Park ravis d’avoir pu observer cet animal emblématique du parc.

Nous faisons route vers les grands parcs du Sud.

A suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :