De Arches jusqu’à la road 66

3 octobre 2021

Depuis Teton Park, nous choisissons une autre route pour descendre dans le sud plutôt que de repasser par Salt Lake City. En termes de rapidité, cela ne change pas grand chose car nous ne roulons pas très vite pour limiter la consommation d’essence. Pour donner un ordre d’idée, on arrive à se maintenir à 22L au 100km au lieu des 30L au 100km annoncés par l’agence !! Et on peut dire que l’on a bien fait. En effet au lieu d’une trois voies sans grand intérêt, on roule sur une très belle route qui serpente entre les montagnes du Wyoming puis dans les paysages plus désertiques des canyons du Colorado. Nous nous arrêtons pour la nuit au sud de Rock Spring sur un spot très isolé au milieu des vaches et en surplomb de la vallée et des formations rocheuses ocres d’un côté et rouge de l’autre, en clair un panorama splendide.

Le lendemain, nous continuons encore pour une journée de route. Nous passons d’abord par les gorges de Flamingo avec leur barrage, leur lac et leurs forêts. Puis nous continuons dans des paysages de nouveau plus désertiques jusqu’à notre spot du soir dans un parc où il est possible de voir des traces de dinosaures. Le spot est prisé il y a pas mal de campeurs. Il faut dire que c’est très sauvage au milieu de rochers offrant un beau terrain de jeux pour les enfants et un beau coucher de soleil. On passe une soirée tranquille pour se remettre de la route et être en forme pour attaquer les parcs demain.

Le lendemain, avant de quitter notre spot, nous partons découvrir le trail des dinosaures. La marche est très courte car les traces sont à seulement quelques centaines de mètres de là : des énormes empreintes de pattes de l’équivalent d’un brachiosaure et celle d’un ancêtre du tyrannosaure avec la marque des 3 griffes bien visible.

Nous rentrons au camping-car puis nous nous rendons à l’entrée du parc Arches en fin de matinée. Mais malheureusement pour nous, ici le covid a plutôt donné envie aux Américains de visiter leur pays… Le site est complet ! Il faut attendre 3 à 5 heures avant qu’il ne rouvre ses portes à d’autres. Qu’à cela ne tienne, nous changeons nos plans et nous dirigeons au parc de Canyonlands qui se trouve à une demi-heure de route plus au nord. Ce dernier est très grand et est organisé en trois parties accessibles chacune par sa propre entrée. Nous allons à celle de « Island of the sky » pour aujourd’hui. Comme d’habitude, nous passons par le centre des visiteurs pour récupérer le plan du parc, des marches et le programme Junior Ranger. Nous commençons par le spot de Mesa Arche. Pour s’y rendre, nous traversons des paysages incroyables. Le Routard indiquait que ce parc était un concentré de ce qu’on pouvait voir dans l’ensemble des parcs de l’ouest américain. On ne peut que confirmer. On traverse un haut plateau de verdure pour ensuite retrouver les canyons creusés dans la terre rouge puis ocre puis blanche sur le niveau de la strate observée. On voit des milliers et des milliers d’années de couches géologiques cumulées. Le panorama est saisissant. Nous arrivons sur le point de vue de Mesa Arche. Il y a du monde, on n’a.vraiment plus l’habitude. On arrive finalement à se garer. Il y a une petite marche de 2km pour aller voir cette formation géologique au bord du canyon. C’est l’érosion, le vent et les pluies, qui crée ces arches. Celle-ci est juste au bord du ravin offrant comme une fenêtre sur le majestueux canyon. Bien-sûr Ludo ne s’approche pas trop mais nous arrivons à faire quelques photos de famille devant. Nous finissons la petite boucle et repartons jusqu’à Grand View Point.

Ici la vue est incroyable sur immense canyon. Nous faisons notre pause déjeuner avant de partir en ballade, enfin seulement les enfants et moi. En effet, on fait le Rim Trail, l’habituel chemin de randonnée qui longe le canyon. Vertiges garantis, du coup Ludo a préféré s’abstenir.

Après une petite heure, nous retrouvons Ludo et repartons pour aller voir Upheaval Dome, une formation étrange, aux couleurs rouges et grises qui serait dû à une météorite ou une éruption de sel, les théories vont bon train. Mais il faut avouer que ce paysage est étonnant et bien différent de ce que l’on a vu du reste du parc.

Nous rentrons juste au moment où la pluie commence à tomber. Nous quittons le parc pour nous trouver un spot sauvage pour la nuit. Nous en avons repéré un offrant un joli panorama sur le parc, parfait pour la nuit.
Le lendemain matin, nous partons tôt dans prendre le petit déjeuner pour aller visiter le parc national de Arches. Cette fois, on veut éviter de se faire refouler. Nous arrivons à l’entrée à 8h du matin et il y a déjà une queue impressionnante. On attend 30 minutes avant de pouvoir enfin rentrer. Décidément ce parc attire du monde. Comme d’habitude nous nous arrêtons rapidement au visitor center pour récupérer le plan du parc, la carte des randos et le programme junior ranger. Et c’est parti. La route monte en lacets la montagne ocre avant de passer de l’autre côté et de découvrir déjà les premières formations de ce parc : des montagnes aux couleurs ocres, érodées par le vent et la pluie, qui se transforment en colonnes de pierre, en arches, ou en moment s comme des copies de bâtiments connus. Ainsi chacune d’entre elles est nommée en fonction de ce qu’elle évoque. Il y a par exemple les 3 commères qui sont 3 colonnes sur lesquelles reposent une pierre ronde comme une tête. Nous nous arrêtons à un des premiers panoramas pour profiter d’un bon petit-déjeuner avec la belle vue. Nous traversons ensuite les dunes pétrifiées. Puis nous arrêtons pour un petit tour de 15 minute autour du « balanced rock », comme son nom l’indique, il s’agit d’un gros rocher en équilibre précaire sur une fine colonne.

Nous rejoignons ensuite le site de plusieurs arches : Windows arches (c’est à dire fenêtre en français), Tutler arche et Double Arch (parce qu’il y en deux imbriquées). On marche 1h30 pour en faire le tour et mitrailler le paysage.

Nous allons ensuite tout au bout du parc. Après une pause déjeuner, nous partons pour une heure de randonnée pour aller voir la « Landscape Arch », une arche gigantesque. Il faut se mettre en option panoramique pour la prendre en photo. Cette ballade offre également de beaux points de vue sur le parc.

Pour finir, nous reprenons la voiture jusqu’à Delicate Arche. Il y a deux points de vue pour l’observer. C’est une arche qui se trouve isolée au milieu d’une montagne aux formes arrondies. Il est possible de faire une randonnée à la journée pour s’en approcher mais nous n’avons pas le temps.
Nous quittons le parc en milieu d’après-midi.

Nous roulons pour rejoindre la deuxième partie du parc Canyonlands qui se trouve à 2h de route au sud, on la nomme « the Needles ». On trouve un spot avant l’entrée du parc au bord d’un étang pour passer la nuit. En arrivant avec le soleil couchant, nous croisons le chemin de quelques biches et un lion des montagnes. Nous passons une nuit bien au calme.

Le lendemain, de nouveau, nous partons très tôt sans petit-déjeuner afin d’arriver avant la foule. Nous nous rendons tout au bout du parc. Cette partie est encore très différente de « Island of the sky ». Ici on parle de formation en champignons avec le pied fait de roche rouge, et le chapeau de roche blanche. De nouveau le canyon s’étend à perte de vue. Nous trouvons une randonnée de 6 kilomètres offrant de très beaux points de vue panoramiques à 360°. Nous sommes tous seuls tout le long de la ballade, c’est agréable de retrouver cette sensation unique d’être seuls au monde face à la nature. Cela faisait longtemps depuis que nous sommes arrivés aux États-Unis car les
parcs ont la côte. Au passage, Louis se fait une petite frayeur en croisant le chemin d’un serpent et pas des moindres : le serpent à sonnettes !!!

De retour au camping-car, nous faisons une petite randonnée plus courte dans un autre coin du parc. Pour le coup, cela tient un peu plus de l’escalade sur la roche arrondie ocre. Les enfants se sentent comme dans un film de la guerre des étoiles et s’en donnent à coeur joie. De retour au camping-car, nous filons voir les ranger pour valider les junior rangers des garçons. Ils prêtent serment et reçoivent leurs badges.

Puis nous filons direction Monument Valley. On nous a conseillé un spot avec la vue sur les quelques montagnes caractéristiques et bien connues de Monument Valley. Nous arrivons pile poil pour profiter du coucher du soleil. Le lendemain, nous continuons notre route. Elle tourne autour de Monument Valley permettant de profiter du site sans y rentrer. Nous avons pas mal de route sans compter la logistique du jour (courses, vidage des eaux usées, remplissage de l’eau, plein….).

Nous arrivons en fin d’après-midi au Lake Powell. Il s’agit d’un lac artificiel qui a été créé suite à la création d’un gigantesque barrage sur la rivière Colorado pour produire l’électricité de la région. C’est devenu un lieu de loisirs nautiques pour les américains. Sur les bons conseils d’une famille, nous nous rendons sur un spot directement sur la plage au bord du lac. Avec le rythme soutenu des derniers jours, on décide de rester tranquille ici deux nuits. Les enfants sont ravis et autant dire qu’on ne les voit pas de la journée le lendemain : de 10h à 18h ils jouent sans discontinuer sur la plage. De notre côté, nous profitons d’une ballade au bord du lac. Le soir, nous nous faisons un petit feu de camp pour prendre l’apéro et pour griller les chamallows.

Le lendemain, nous reprenons la route. Nous nous arrêtons tout d’abord au barrage du lac pour récupérer du réseau pour voir la suite de notre périple et surtout pour appeler notre petite nièce Lilou qui a fêté ses 12 ans la veille mais on ne pouvait du coup pas la contacter hors connexion. Nous allons ensuite au Horseshoe Bend. C’est la rivière Colorado qui à cet endroit précis tortille pour prendre la forme caractéristique d’un fer à cheval. Le panorama est très beau mais très touristique, ça gâche un peu le plaisir mais on est quand même arrivés à faire des photos sans les autres dessus…

Nous rejoignons ensuite le Marble Canyon. Il fait partie du parc national de Glenn comme le Lake Powell. Ici nous choisissons de faire une randonnée au bord de la rivière pour changer un peu des paysages de canyon que nous avons traversés jusqu’à maintenant. Ce coin est assez tranquille côté ballade. Il y a plus de monde sur la rivière en canoë. Le soleil tape assez fort et les enfants vont se rafraîchir dans la rivière Colorado. Ils avaient chaud avant d’y aller mais apparemment l’eau était vraiment très fraîche. Ils ont juste fait un aller/retour puis se sont séchés au soleil tels des lémuriens bras et jambes écartés face au soleil.

Après cette promenade, nous repartons en direction du Grand Canyon où nous passons la nuit dans un spot en pleine forêt juste à 5 minutes du parc. C’est d’ailleurs assez étonnant de voir ces étendues de forêts au sommet de ce gigantesque canyon aride. Avant de nous poser, nous arrivons juste à temps pour le coucher du soleil sur le site, magnifique. Puis nous nous installons sur notre spot paisible en pleine nature.

Le lendemain, nous nous arrêtons au dernier point de vue sur la route avant de rejoindre le visitor center. Comme à notre habitude, nous récupérons carte des randonnées et du parc et le programme junior ranger. Nous nous préparons un pique-nique et partons pour la randonnée du « Rim Trail ». Il s’agit du chemin qui longe le canyon au bord des falaises, à quelques mètres du vide offrant du coup pleins de magnifiques points de vue. Celui du Grand Canyon est aménagé autour du thème de la géologie afin de faire découvrir aux visiteurs les différentes strates géologiques qui composent ce canyon depuis des centaines de millions d’années. Ainsi tout au long du parcours, on découvre des morceaux de roches d’une strate ayant été formé des milliers, puis des centaines de milliers, puis des millions, enfin des centaines de millions d’années auparavant. Malo est d’ailleurs fasciné par toutes ces roches. Ludo, par contre, n’apprécie pas tellement la ballade. Avec cette impression d’être attiré par le vide, il marche au plus loin possible du canyon, transpire de partout et n’en emmène pas large. Au bout 1h30 de marche, nous avons rejoint le Grand Canyon Village. Là se trouvent quelques bâtiments historiques datant des premières découvertes du Grand Canyon. Ils se visitent, il y a surtout des boutiques à l’intérieur. Nous nous éloignons ensuite du village pour déjeuner à l’abri des arbres et du vent.

Ensuite Ludo décide de rentrer avec Louis, il a eu sa dose d’émotions pour la journée. Avec Hugo et Malo, nous partons prendre le Shuttle pour aller tout au bout de ce qu’il est possible de voir du Grand Canyon. Il faut s’armer de patience pour attraper le bus. Avec le covid et toutes les consignes sanitaires, il n’y a pas grand monde qui peut monter à chaque fois… Au bout de 45 minutes et 4 bus, on arrive enfin à embarquer. Vu la complexité du coup avec les shuttles, on décide de ne pas faire tous les arrêts sous peine de devoir patienter à chaque fois pour un autre shuttle. Notre conducteur est bavard et veut faire profiter l’auditoire de ses bons plans. Nous suivons alors son conseil et nous arrêtons à mi-chemin pour découvrir un panorama presque à 360° avec une vue plongeante sur la rivière Colorado qui serpente au fond du canyon. C’est splendide mais il y a un vent à décorner les boeufs et du coup c’est un peu stressant avec cette vue vertigineuse. Nous remontons dans le prochain shuttle pour cette fois s’arrêter tout au bout. La route est très belle jusqu’au dernier point de vue, par contre l’arrêt ne vaut pas vraiment le coup si on n’enchaine pas sur une randonnée derrière. Nous en faisons vite le tour et remontons dard dard dans le bus. C’est parti pour 1h de trajet pour revenir au Grand Canyon Village. De là, nous reprenons encore un autre bus qui nous ramène au parking où nous retrouvons Ludo et Louis.

Ils sont allés faire des emplettes pendant notre absence pour ramener quelques souvenirs : des mini Legos des animaux peuplant les grands parcs américains. Louis en a même acheté avec son argent de poche à ses frères, trop mignon ! Nous quittons le parc jusqu’à un spot en forêt juste à la sortie où nous passons la nuit.

Le lendemain matin, c’est le surprise : il a neigé. Les rangers du parc nous avait alerté mais on ne s’y attendait pas pour autant. Il neige en rafales et cela tient bien. Même si nous sommes prêts du Grand Canyon, nous ne sommes pas rassurés avec le camping car et préférons reprendre la route vers le sud pour laisser rapidement la neige derrière nous. (Petite note à part : nous ne savions pas encore que nous étions équipés de pneus neige…).

Nous rejoignons au bout d’une heure la mythique route 66. Il s’agit de l’ancienne route qui reliait Chicago (Illinois) à Santa Monica (Californie), entre les années 1926 et 1985. Elle traverse trois fuseaux horaires et huit états l’Illinois, le Missouri, le Kansas, l’Oklahoma, le Texas, le Nouveau Mexique, l’Arizona et la Californie. Cette route a été déclassée au profit des autoroutes en 1985 obligeant de nombreux cafés, motels de bord de route de fermer, parfois même des villages entiers. Ainsi aujourd’hui, on y découvre de vieilles boutiques ou stations essence rénovés, des souvenirs de l’époque, et on traverse aussi des villes fantômes. Nous la suivons de Seligman jusqu’à Kingman. Nous nous y arrêtons déjeuner dans un « diner » typique (ou restaurant routier) pour déguster d’excellents hamburgers. Malo lui se fait le plaisir d’un plat qui regroupe tout ce qu’il aime : un hot-dog avec ketchup et pâtes à l’intérieur accompagné de frites…

Nous roulons ensuite le reste de l’après-midi sur l’autoroute en direction de Los Angeles. Nous trouvons un très joli spot pour la nuit pas trop éloigné de notre route tout en l’étant assez pour être isolés du bruit et perdus en pleine nature dans un paysage presque lunaire.

Le lendemain, nous sommes repartis pour une journée de route afin de rallier la côte en fin de journée. Comme il est difficile de se garer en ville, nous choisissons un spot dans l’arrière-pays à une quarantaine de km de LA. On quitte l’autoroute et commençons à nous enfoncer dans la montagne. Plus on avance et plus la route devient sinueuse et vertigineuse. Nous montons à plus de 2500m. Après une bonne heure à monter, descendre, tourner dans la montagne, nous arrivons au campsite que nous avions repéré. Le site est aménagé dans une forêt. Nous apercevons un coyote et un lapin en cherchant notre emplacement. Il y a très peu de campeurs, nous nous trouvons un coin paisible pour se poser. Les enfants partent à la recherche de pommes de pin géantes pendant que nous profitons d’un magnifique coucher de soleil. Le soir, Ludo nous fait des pizzas, une spécialité de notre tour du monde en général cuite à la poêle mais cette fois on profite d’avoir un four pour les réchauffer. On profite d’une petite soirée film en famille avant de partir à la découverte de la côte Pacifique.

A suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :