Côte Ouest ! Le long du Grand Pacifique…

14 octobre 2021

Ce matin, nous quittons notre superbe spot dans la montagne pour redescendre sur Los Angeles. Petit à petit, nous découvrons la vue plongeante sur cette immense ville et sur l’océan Pacifique. Autant nous avions l’impression d’être seul au milieu de nulle part, autant cette route sinueuse est finalement très empruntée. Il semblerait qu’il y ait du monde qui habite sur les hauteurs perdues de Los Angeles. Nous nous arrêtons sur un point de vue pour prendre le petit-déjeuner et décider de notre stratégie pour visiter L.A. en camping-car.  Nous commençons alors par Hollywood Boulevard pour découvrir la célèbre « Walk of Fame« , l’avenue aux étoiles. Nous faisons des tours de quartier pour espérer se garer mais nous sommes vraiment hors gabarit. Nous choisissons finalement de nous éloigner dans le quartier résidentiel de Hollywood et de se poser dans une petite rue. Ludo, qui s’est coincé le dos il y a deux jours (le stress de l’avion se fait sentir déjà !) reste pour garder le camping-car avec Malo pendant que je pars visiter avec les deux grands. Il nous fait un quart d’heure pour rallier le Walk of Fame. Les enfants ne connaissent pas beaucoup de noms gravés sur les étoiles voire même pas du tout, ils me font me sentir bien vieille :)… Nous faisons quelques magasins de souvenirs et prenons des photos avec King Kong avant de rentrer. Sur le chemin, nous flânons dans le quartier résidentiel pour admirer les décorations d’Halloween. Il y a notamment une maison juste hallucinante avec des monstres de partout : le long de la clôture, sur le portail, dans le jardin, sur le toit… Et même les arbres ont été déguisés en bêtes maléfiques !

Nous rentrons au camping-car puis reprenons la route. Nous traversons L.A. d’est en ouest pour rejoindre Melrose Avenue. Nous remontons Melrose Avenue jusqu’à Beverly Hills. Pour les enfants, cela ne représente pas grand chose. De notre côté, nous avons les yeux grands ouverts à la recherche d’indices de nos séries d’enfance : mais pas de Brandon, Brenda ou Kelly en vue… Bon on n’a sûrement oublié de regarder du côté des vieux… Nous prenons plaisir à explorer le quartier de Beverly Hills : d’immenses maisons aux jardins bien entretenus, des rues larges bordées de grands arbres, un quartier paisible comme dans Desperate Housewife. Alors quoi de mieux comme endroit pour déjeuner ! Nous n’hésitons pas, ni une ni deux, on se gare devant une de ces grosses baraques et on prépare le déjeuner. On cuisine les fenêtres ouvertes avec le bruit des tondeuses à gazon et l’odeur de l’herbe fraichement tondue. On se croit réellement plonger tout droit dans nos séries de jeunesse, comme si Gabrielle Solis allait sortir d’une de ces maisons pour retrouver son amant de jardinier… On laisse nos enfants jouer dans le quartier, histoire de l’animer un peu. Heureusement personne nous demande de partir et on décolle après notre repas.

Nous quittons Los Angeles pour Santa Monica. C’est une ville du bord de mer accolé à L.A. Nous nous garons près de la plage. Nous remontons à pied la rue qui surplombe la grande plage en contrebas. Tout est aménagé en petits jardins où se croisent les familles, les yogis, les coureurs, les gens qui promènent leur chien… Nous longeons cette rue jusqu’à la jetée. Cette jetée est assez connue dans le coin, il y a en temps normal une grande fête forraine permanente mais en ces temps de covid tout est fermé. Il y a pour autant pas mal de monde qui se promènent. Nous faisons le tour de la jetée puis redescendons sur la plage afin de remonter jusqu’à notre camping car les pieds dans l’eau. La plage est immense, avec les traditionnelles maisonnettes en bois des sauveteurs dignes de Alerte à Malibu et les chemins d’accès pour vélos, skate ou rollers… Nous remontons tranquillement, les enfants profitant de la fraicheur de l’océan. Nous n’avons pas prévu les maillots, autant dire qu’ils sont revenus trempés mais cela fait partie des plaisirs du voyage, ils resteront en slip et tongs le temps que cela sèche. Nous reprenons notre camping-car et la highway 1, l’autoroute qui longe toute la côte ouest. On roule une petite heure puis prenons une petite route dans les hauteurs pour trouver un spot sauvage et paisible duquel il y a peu de risques qu’on nous vire.

Le lendemain, nous repartons sur la highway 1. Nous avons besoin de nous poser un peu et cherchons un campsite dans le coin de Arroyo Grande pour passer deux jours tranquilles en bord de plage. On passe un, deux et finalement un troisième campsite qui semble ouvert, à prix raisonnable et avec de la place. Cependant il n’y a personne à la guérite pour s’assurer qu’on peut s’installer. On tourne en rond une bonne heure jusqu’à finalement comprendre qu’il y a quelques emplacements de libre et qu’un ranger passera pour nous faire régler l’addition. On s’installe, on déjeune puis on passe l’après-midi sur la plage. La plage est immense, ce n’est pas sans nous rappeler celles du Cap Ferret ; mais à la différence près qu’ici on peut venir directement en pick-up sur la plage. Alors certes c’est top quand tu as un pick-up de se sentir libre de rouler sur une plage sans fin. Par contre, quand tu es une famille à pied, ça demande d’être vigilent sur les passages intempestifs des 4×4… La pause est quand-même bien agréable. Nous rentrons vers les 17h pour profiter du jour pour passer à la douche du camping. Alors que nous arrivons au camping-car, un couple vient nous déloger car nous leur avons piqué leur emplacement. Nous nous rendons compte que nous avions compris les consignes de la guérite à l’envers : en clair les emplacements listés étaient ceux occupés, il fallait donc prendre les autres. Qu’à cela ne tienne, on s’installe sur un autre emplacement supposé vide. Entre temps, les enfants se douchent, je fais ma petite machine de linge à la main… Le soleil se couche, la nuit commence à tomber. Un ranger vient alors nous voir pour nous informer que le camping était finalement complet et qu’il fallait que l’on parte. On rage un peu de se faire sortir à la tombée de la nuit alors qu’il aurait pu passer bien avant. On reprend la route et cherchons à nouveau un spot perdu sur les hauteurs pour être sûr d’y rester. Après une petite heure de route, nous voilà installés au bord d’un petit lac.

Le lendemain, au vue de nos dernières déconvenues, nous décidons de terminer la côté dans la journée et bifurquer dans les terres ensuite. Nous repartons toujours sur la Highway 1. Nous faisons un premier arrêt au bout d’une demi-heure sur une aire pour observer les éléphants de mer. Il y a en effet une plage où ces énormes bêtes, tout en graisse, se sont installées de manière permanente. Les mâles laissent les femelles plusieurs mois dans l’année avec leurs petits pendant qu’ils vont chasser en mer. Nous avions vu les lions de mer aux Galapagos, autant dire que les éléphants de mer sont encore plus gros et plus impressionnants. Par contre, nous ne verrons pas de mal car nous ne sommes pas venus pendant la période des amours. Nous continuons notre chemin le long de l’océan. Nous faisons encore plusieurs arrêts aux différents points de vue aménagés. Cette route panoramique est vraiment belle. Le temps du midi, nous trouvons un spot près d’une très belle plage où les énormes vagues du Pacifique viennent se briser. C’est un spectacle dont on ne lasse pas. Nous croisons d’ailleurs un cortège pour un mariage directement sur la plage. C’est amusant, ce n’est pas la première fois que nous croisons des mariés dans des cadres qui sortent de l’ordinaire, comme au milieu du parc de Yellowstone.

Nous arrivons en début d’après-midi du côté de Carmel-By-The-sea. Cette petite ville du bord de mer rappelle beaucoup le village de Cap-Ferret avec ses belles maisons bourgeoises dans le calme des pins, ses boutiques chics et ses voitures de luxe. Pour la petite histoire, Clint Eastwood a été le maire de Carmel. Nous flânons dans le quartier résidenciel, puis dans les boutiques avant de rejoindre la plage. Au loin, nous apercevons le golf qui surplombe la plage. Les enfants en profitent de nouveau pour faire trempette mais juste les pieds car l’eau est vraiment fraiche. Nous rentrons à notre camping-car par la plage et le quartier résidentiel.

Nous quittons la côte. Apres un arrêt logistique à Monterey, nous roulons en direction du parc Yosemite pour retenter notre chance. Nous nous arrêtons pour la nuit à quelques heures de route de l’entrée du parc.

Le lendemain, nous partons au petit matin. Nous rejoignons l’entrée sud de Yosemite en début d’après-midi. Nous rejoignons la zone de Mariposa Grove. Nous déjeunons rapidement et partons en randonnées pour aller voir les séquoias géants. Le site est en réfection, il y a quelque temps une tempête a fait rage et a fait tomber quelques-uns de ces grands pins. Il n’y a alors aucun shuttle pour rejoindre le début initial de la randonnée. Il faut donc partir du parking. Comme nous sommes tardifs, nous pressons le pas afin d’avoir le temps de tout voir avant que le soleil ne se couche. C’est donc parti pour 10km de randonnée au milieu des pins, les petits arbres laissant place petit à petit aux géants. C’est très impressionnant de se retrouver tout petit aux pieds de ces colosses et d’écarter les bras sans pouvoir à peine entourer leur tronc. Nous découvrons aussi les dégâts de la tempête, ce sont des arbres de plusieurs centaines d’années qui sont tombés. Nous rejoignons l’arbre mythique du site : Le Giant Grizzli, le plus séquoia du coin, vieux de plus de 2000 ans et mesurant près de 64m. Nous allons ensuite voir le Californian Tunnel Tree et traverser son tronc qui a été creusé il y a plus de cent ans par l’homme. Après ce tour au pays des géants, nous rentrons au camping-car et nous trouvons un spot en forêt en pleine nature juste à la sortie du parc, c’est parfait.

Le lendemain, nous nous réveillons sous une fine couche de neige très légère qui ne tient pas sur le bitume. Nous nous rendons de nouveau à l’entrée sud de Yosemite.

Voilà que le ranger nous stoppe, avec la neige et le froid de cette nuit, les routes ont été fermées à tout véhicule non équipé de pneus neige. Pensant que nous n’en avons pas, nous rebroussons chemin désolés, décidément ce parc ne veut pas de nous. On roule un quart d’heure vers le sud en se demandant comment remplacer cette belle journée qui s’annonçait jusqu’à ce que Ludo me dise qu’on va retenter le coup. En effet, vu la journée ensoleillée qui s’annonce, nous espérons qu’ils relâcheront les restrictions sur les véhicules. On y retourne alors de nouveau changeant de ranger à l’entrée (la première n’était pas très commode), il accepte de nous laisser entrer pour aller gérer la vidange de notre camping-car dans le parc. Il nous confirme qu’ils peuvent potentiellement lever les restrictions sur les routes et qu’il faut se tenir au courant par téléphone. Nous partons alors au campsite du parc pour la vidange du camping-car puis nous nous installons près d’une bibliothèque pour avoir accès au réseau et pouvoir se tenir informés. Finalement au bout de 1h30, nous avons le droit de prendre la route. Il s’avère qu’elle passe un col en altitude et que la route est facilement gelée. J’ai donc un peu la pression au volant quand on s’approche du col, mais finalement bien plus de peur que de mal, les rangers sont très prudents sur l’état des routes. Nous rejoignons alors Yosemite village, le coeur du parc d’où partent de nombreuses randonnées. En redescendant sur la vallée, on découvre un panorama incroyable : ce parc est vraiment magnifique. Nous ne regrettons pas d’avoir retenter notre chance pour le voir. Il s’est mérité mais ça vaut vraiment le détour. Une fois dans la vallée, nous déjeunons avant de partir en promenade autour du village voir les cascades et le half dôme, cette montagne de forme très originale qui est un des emblêmes du parc. Avant de reprendre la route, nous passons voir les rangers afin de voir si nous pouvons prendre la route vers le nord. Là nous apprenons que les pneus neige sont marqués M+S (comprendre Mud and Snow donc boue et neige) et que si on en a on peut prendre la route du nord. Et bingo ! Nous sommes bien équipés. C’est donc parti pour rejoindre le nord-ouest du parc. Au passage, nous profitons d’une très belle vue sur l’incoyable falaise El Capitan. Nous reprenons de l’altitude jusqu’à la sortie nord-ouest. Bizarrement il n’y a ni neige ni verglas, on ne comprend pas bien pourquoi cette route est toujours refusée en accès aux véhicules non équipés. Mais tant mieux pour nous, nous avons pu ainsi traverser une autre partie du parc et avoir un aperçu exhaustif de Yosemite.

Nous nous arrêtons quelques minutes seulement après la sortie du parc pour profiter d’une dernière nuit sur un spot sauvage en pleine nature. Nous nous trouvons sur une butte devant le coucher de soleil à la cime des arbres. Le lendemain, nous profitons de cette tranquillité pour le nettoyage de fond du camping-car et le rangement des affaires car nous le rendons le lendemain à la première heure.

Nous quittons notre havre de paix en début d’après-midi pour rejoindre San Francisco ou plutôt Oakland. C’est là que nous attendent Roberto et sa famille. Ils nous invitent pour une dernière soirée tous ensemble dans leur maison de banlieue. Cela tombe bien car ils habitent à un quart d’heure de notre loueur de camping-car. Nous profitons donc d’un dîner mexicain concocté par Roberto, les enfants jouent au lego pendant ce temps. Puis nous allons nous coucher.

Le lendemain, nous arrivons à l’ouverture chez le loueur pour rendre le camping-car. Le check-out est bien plus simple que ce que j’imaginais. Tout est en ordre pour eux. Parfait, on va pouvoir régler tout cela rapidement. C’était sans compter sur notre problème CB… Impossible pour eux de recharger notre caution sur notre CB. Après de multiples discussions et échanges avec la maison mère, ils finissent par nous rendre la caution en espèces, 1000$ en cash, à quelques jours de quitter les Etats-Unis, c’est bête… Mais bon au moins c’est réglé et on peut vite filer à l’aéroport car notre vol nous attend !

A suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :